Bouchers du mois

DSC_0036Corduan-min

Guillaume CORDUAN

Guillaume CORDUAN

Localisation : 6 rue de la tour du Fa, 22120 HILLION

Spécialités :

• Pâté à l’ancienne

• Andouille de campagne

• Saucisse

• Préparations bouchères crues

Labels :

• Blonde d’Aquitaine Label rouge

• Agneau de Poitou-Charentes

• Veau Bretanim

Héritier d’une longue tradition familiale, Guillaume CORDUAN mêle qualité et modernité dans sa boucherie-charcuterie-traiteur d’Hillion

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé par des études d’électrotechniques avant de me tourner vers la restauration. Puis je suis revenu vers la boucherie, tradition familiale de père en fils. En plus d’un BEP charcutier-traiteur, j’ai appris le métier auprès des employés de mon père, décédé trop tôt pour qu’il puisse me former.

Comment a évolué votre boucherie ?

En 1950, mon grand-père travaillait au cœur du village, puis dans une maison que mon père a agrandie. Il a ensuite intégré une épicerie, puis ajouté l’activité de traiteur, que je perpétue aujourd’hui. J’ai rénové mes locaux de 160 m2 cette année, en apportant une touche de modernité grâce à une fresque avec des images d’Hillion, qui rappellent le terroir et l’origine des produits.

Comment fidélisez-vous votre clientèle ?

Je privilégie les labels : la Blonde d’Aquitaine, le veau Bretanin ou l’agneau de Poitou-Charentes qui sont des gages de qualité. En 2013, nous avons reçu la médaille d’argent pour le veau Bretanin, récompensant l’engagement débuté par mon père. Je suis également les dernières tendances, en proposant des brochettes, marinades, burgers… Le renouveau est constant, car la clientèle se lasse vite et recherche de nouvelles saveurs.
Nous proposons régulièrement de nouveaux plats cuisinés, qui séduisent surtout les jeunes, comme le hachis Parmentier, les spaghettis bolognaises, les fajitas…

Quel sont vos projets ?

J’aimerais ouvrir une nouvelle boutique, avec un rayon libre-service et un rayon traditionnel, aux côtés d’un boulanger et d’un primeur. Les clients pourraient y manger sur le pouce mes plats du jour, de la rôtisserie, des sandwiches du boulanger… Ce projet répondrait aux modes de consommation modernes : rapides, mais qualitatifs.

Que pensez-vous du Club Sélection Bouchère ?

Les animations dynamisent la boucherie, mais je les adapte au ressenti de mes clients. Les ches recettes fonctionnent bien et les cadeaux sont toujours appréciés par les clients. Je lis également la News chaque trimestre, notamment le dossier métier ou le portrait du boucher, qui peuvent donner de nouvelles idées.

Loaec + équipe 2

Bernard LOAEC

Bernard LOAEC

Localisation : 5 rue de la Trinité 29280 Plouzané

Date d’installation : 1994

Equipe : Epouse co-gérante / 7 salariés / 3 apprentis

Spécialités :

Rôti au piment d’Espelette

Filet mignon mariné

Paupiettes de porc

Labels :

Agneau du Poitou

Veau Bretanin (1er prix national du Cercle des viandes d’excellence 2016)

Porc Cocholin

Qualité, diversité et bonne humeur : à la boucherie de Plouzané, Bernard Loaec partage les secrets de 22 ans de réussite !

Quel est votre parcours ?

Après un apprentissage en boucherie artisanale et l’obtention de mon diplôme en 1994, j’ai commencé à travailler en grande distribution. Puis, j’ai créé ma boucherie avec ma femme, à 27 ans. Au début, les locaux étaient assez anciens, mais nous les avons progressivement rénovés. Aujourd’hui, malgré notre belle surface de vente de 150 m2, nous manquons presque de place, car nous proposons toujours plus de nouveaux produits.

Comment travaillez-vous ?

Pour commencer, je forme toujours des apprentis. Je trouve que c’est très important et il faut souligner qu’ils m’ont beaucoup aidé à mes débuts. J’avais alors une petite équipe, qui s’est agrandie avec les années. Ce qui n’a pas changé, c’est l’ambiance, toujours très conviviale !

Quels sont vos produits et vos Labels ?

Je privilégie des labels comme l’agneau du Poitou, le porc Cocholin et le veau Bretanin (depuis plus de 12 ans). A la boutique, je propose des produits de boucherie, de charcuterie et de traiteur à emporter.

Les préparations bouchères comme les roulades, les paupiettes et les rôtis (aux oignons-figues, à l’ail), ou encore les marinades et les saucisses, rencontrent un grand succès et permettent de valoriser la viande. A Noël, la volaille est à l’honneur, avec les chapons et les pintades farcies. Nous préparons alors jusqu’à 400 commandes !

Comment fidélisez-vous votre clientèle ?

Beaucoup de nos clients sont restés fidèles à la boucherie depuis 22 ans. Avec notre offre diversifiée, nous attirons aussi des familles et des jeunes, qui apprécient certains produits comme les nuggets ou les plats cuisinés. Au final, les enfants de nos clients continuent à venir à la boucherie une fois adultes et le bouche-à-oreille fonctionne de génération en génération. C’est une réelle fierté.

Que vous apporte le Club Sélection Bouchère ?

Fidèle à Socopa dès mon installation, je suis membre du Club Sélection Bouchère depuis le début. Il me permet d’animer la boucherie, en plus des opérations proposées par les Labels.

Par exemple, les maniques à gagner ont bien plu aux clients. Certaines initiatives, comme les dosettes de sauce distribuées pendant l’opération viande hachée et burgers, dynamisent même les ventes.

Un vrai plus !

bruno-vettier

Bruno VETTIER

Bruno VETTIER

Localisation :
Centre commercial des Longs Champs
35700 Rennes

Date d’installation :
1999

Equipe :
20 personnes

Spécialités :
– Volailles farcies
– Cuissot de cochon de lait
– Préparation de veau

Labels  :
-Bœuf limousin Label Rouge Blason Prestige (Blason d’or 2010)
– Veau Label Rouge Bretanin

Entre Labels et nouvelles technologies, Bruno Vettier propose le meilleur de la viande, dans sa boucherie de Rennes.

 

Comment votre boucherie a-t-elle évolué ?

Après 17 ans d’expérience dans les rayons traditionnels des grandes surfaces, j’ai racheté une boucherie dans un centre commercial rennais. Mon commerce a bien prospéré depuis 1999 : aujourd’hui, je dirige une équipe de 20 personnes. De plus, je suis épaulé par mon épouse, qui gère toute la comptabilité, ainsi que par mon fils, qui m’a rejoint à la boucherie depuis 2 ans.

Pourquoi privilégiez-vous les Labels ?

Ils garantissent la qualité de la viande, tout en rassurant ma clientèle sur sa provenance : un atout indéniable de nos jours. D’ailleurs, dès la création de ma boucherie, j’ai opté pour le Bœuf limousin Label Rouge, suivi par le Veau Bretanin. Grâce aux viandes labellisées, que je vends au prix le plus juste, mes clients restent fidèles à la qualité de mes produits.

Quelle est la recette de votre succès ?

J’essaie d’être à la pointe des nouvelles technologies, pour aller au-devant des attentes de mes clients. Lors de mon installation, j’ai réalisé une campagne de publipostage et surtout, créé un site Internet pour me faire connaître, ce qui était rare en 1999 ! Depuis, j’ai continué à renforcer ma visibilité sur le Web, notamment grâce aux Pages Jaunes. Et bientôt, mes clients pourront commander en ligne, avec une application mobile en cours de développement !

Comment fidélisez-vous votre clientèle ?

D’abord en communiquant : j’ai installé un écran présentant les filières Labels, et des caisses modernes valorisant mon équipe. Ensuite, je recherche toujours l’innovation, par exemple avec la carte magasin. Elle facilite les achats de mes clients réguliers, qui la créditent avec leurs chèques restaurant. Près de 150 personnes l’ont adoptée ! Je mise aussi sur les promotions, notamment sur le haché (« un kilo offert pour un kilo acheté »). J’ai mis en place des formules incluant un plat et une boisson à emporter, pour attirer les salariés qui fréquentent le centre commercial pendant leur pause de midi.

Que vous apporte le Club Sélection Bouchère ?

La Newsletter m’informe des actions réalisées par d’autres bouchers. Je profite aussi des kits, qui sont pratiques et permettent aux clients de repartir avec un petit quelque chose. J’ai eu la chance de gagner une enceinte Bluetooth lors de la dernière « commande gagnante », ce qui fait toujours plaisir.

Entre Labels et nouvelles technologies, Bruno Vettier propose le meilleur de la viande, dans sa boucherie de Rennes.

 

Comment votre boucherie a-t-elle évolué ?

Après 17 ans d’expérience dans les rayons traditionnels des grandes surfaces, j’ai racheté une boucherie dans un centre commercial rennais. Mon commerce a bien prospéré depuis 1999 : aujourd’hui, je dirige une équipe de 20 personnes. De plus, je suis épaulé par mon épouse, qui gère toute la comptabilité, ainsi que par mon fils, qui m’a rejoint à la boucherie depuis 2 ans.

Pourquoi privilégiez-vous les Labels ?

Ils garantissent la qualité de la viande, tout en rassurant ma clientèle sur sa provenance : un atout indéniable de nos jours. D’ailleurs, dès la création de ma boucherie, j’ai opté pour le Bœuf limousin Label Rouge, suivi par le Veau Bretanin. Grâce aux viandes labellisées, que je vends au prix le plus juste, mes clients restent fidèles à la qualité de mes produits.

Quelle est la recette de votre succès ?

J’essaie d’être à la pointe des nouvelles technologies, pour aller au-devant des attentes de mes clients. Lors de mon installation, j’ai réalisé une campagne de publipostage et surtout, créé un site Internet pour me faire connaître, ce qui était rare en 1999 ! Depuis, j’ai continué à renforcer ma visibilité sur le Web, notamment grâce aux Pages Jaunes. Et bientôt, mes clients pourront commander en ligne, avec une application mobile en cours de développement !

Comment fidélisez-vous votre clientèle ?

D’abord en communiquant : j’ai installé un écran présentant les filières Labels, et des caisses modernes valorisant mon équipe. Ensuite, je recherche toujours l’innovation, par exemple avec la carte magasin. Elle facilite les achats de mes clients réguliers, qui la créditent avec leurs chèques restaurant. Près de 150 personnes l’ont adoptée ! Je mise aussi sur les promotions, notamment sur le haché (« un kilo offert pour un kilo acheté »). J’ai mis en place des formules incluant un plat et une boisson à emporter, pour attirer les salariés qui fréquentent le centre commercial pendant leur pause de midi.

Que vous apporte le Club Sélection Bouchère ?

La Newsletter m’informe des actions réalisées par d’autres bouchers. Je profite aussi des kits, qui sont pratiques et permettent aux clients de repartir avec un petit quelque chose. J’ai eu la chance de gagner une enceinte Bluetooth lors de la dernière « commande gagnante », ce qui fait toujours plaisir.

DSC_0178

Claude BERGOT

Claude BERGOT

Localisation :
13, rue Prosper Salaun
29820 Bohars
Date d’installation :
10 avril 2008
Equipe :
Épouse collaboratrice
1 employé
Spécialités :
– Jambon à l’os
– Hachis Parmentier
– Couscous
Labels :
– Bœuf Blond d’Aquitaine
– Veau Bretanin
– Agneau fermier le Diamandin
– Porc Bleu Blanc Cœur

Installé depuis 8 ans à Bohars, Claude Bergot donne un nouveau souffle à sa boucherie avec les viandes labellisées, pour le plus grand bonheur de sa clientèle.

 

Quel est votre parcours ?

Boucher depuis mes 16 ans, j’ai découvert le métier dans la boucherie où travaillait l’un de mes frères. J’ai tout de suite apprécié et j’ai passé mon CAP avant de travailler pendant 19 ans comme employé. Bien sûr, je rêvais de m’installer, mais j’attendais d’être prêt. Alors, quand l’occasion s’est présentée de reprendre un local à Bohars, ma commune d’origine, je n’ai pas hésité une seule seconde, d’autant que ma femme m’a suivi dans cette aventure.

Pourquoi avoir rénové la boucherie ?

Nous y passons plus de temps qu’à la maison ! J’ai donc refait les locaux pour que tout le monde s’y sente bien. Avec le personnel, nous sommes plus motivés par un environnement agréable, et les clients ont apprécié nos efforts de modernisation. Nous continuons donc d’améliorer la boucherie : bientôt, un nouvel écran permettra de valoriser l’amont de la filière.

Comment votre boucherie a-t-elle évolué ?

Lorsque j’ai débuté, il n’y avait pas de boucherie à Bohars. Situé sur un axe de passage, à côté d’une boulangerie, j’ai donc rencontré un certain succès. De plus, grâce à Pascal, mon employé en charge du rayon traiteur, nous proposons quelques plats (jambon à l’os, hachis Parmentier, couscous…) ; mais nous aimerions aller plus loin. En fait, je suis à une période charnière : je veux continuer à me développer pour embaucher une personne supplémentaire, tout en améliorant mon offre.

Que vous apportent ces Labels ?

Je viens de prendre un nouveau tournant en décidant de passer toutes mes viandes en Labels, en commançant par le porc Bleu Blanc Cœur. Un ami agriculteur m’a convaincu de changer pour ses vaches Blonde d’Aquitaine, alors que je travaillais de la Limousine depuis le début. Ces changements se sont avérés payants, puisque certains de mes clients reviennent désormais chaque semaine pour commander mes viandes.

Comment fidélisez-vous votre clientèle ? 

J’effectue des promotions permanentes toute l’année ! J’offre tout simplement des portions supplémentaires au-delà d’une certaine quantité de steak hachés, jambons, tomates farcies, etc. C’est très avantageux pour les familles ou les jeunes ménages et cela plaît beaucoup à mes clients.

Que vous apporte le Club Sélection Bouchère ?

Il me permet de donner un petit quelque chose en plus à mes clients. J’ai notamment participé à l’opération maniques ou à la distribution des dosettes de sauce au poivre pour l’achat de viande hachée. D’une manière générale, le Club Sélection Bouchère rend la Boucherie encore plus conviviale, ce qui est vivement apprécié.

EXE•Newsletter-BCA-SOCOPA-v3.indd

Xavier CHOLLET

Xavier Chollet

Localisation :
Chevaigné (15 rue les Temps Modernes)
Date d’installation :
Avril 2006
Equipe :
6 personnes, dont un cuisinier
Spécialités :
viandes fermières labellisées :

  • Saucisses
  • Brochettes

Artisan, chef d’entreprise et passionné avant tout, Xavier Chollet nous ouvre les portes de sa boucherie-charcuterie-traiteur.

Quel est votre parcours ?

Alors que mes propres parents étaient du métier, la boucherie est un second choix. Après trois ans dans le secteur social, je me suis réorienté vers cette profession, pour me mettre très rapidement à mon compte. En 2006, je me suis installé au centre de Chevaigné, avant de  déménager ici, il y a trois ans. Et depuis, je suis parfaitement dans mon élément !

Il faut dire que les conditions de travail ont changé : aujourd’hui, un artisan boucher est un vrai chef d’entreprise, qui doit animer une équipe tout en attirant de nouveaux clients. C’est ma conception du métier et j’essaie de la transmettre à la jeune génération.

Pourquoi votre boucherie est-elle si attractive ?

Tout d’abord l’emplacement de ma boucherie est très accessible. Les clients qui ont apprécié nos produits reviennent donc aisément. Et puis, je privilégie les viandes de qualité et je teste des nouveautés toutes les semaines : saucisses au piment d’Espelette, rôtis et brochettes variées… Avec le cuisinier de l’équipe, je propose également un rayon traiteur, qui plaît beaucoup aux jeunes actifs. J’essaie aussi de participer aux événements locaux, comme la fête de la musique et surtout, je fais attention aux aménagements et à la présentation de ma boucherie. Tous ces détails font réellement la différence !

Comment fidélisez-vous votre clientèle ?

Je suis très exigeant sur la qualité du service. J’ai pour principe de ne jamais dire « non » à une demande, même urgente : il existe toujours une solution. Les clients apprécient beaucoup ces attentions, au même titre que les conseils culinaires. D’ailleurs, je recommande souvent des vins pour accompagner les plats, car je vends aussi des crus de qualité dans mon établissement.

Pourquoi avoir développé la vente de vin ?

Très souvent, mes clients me demandent des conseils d’association entre une viande et un vin.

J’ai donc décidé de proposer quelques bouteilles dans un premier temps, et aujourd’hui j’en vends énormément ! Je propose du rosé et du blanc, mais aussi des bons rouges, et je n’hésite pas à faire goûter aux sceptiques ! Le développement de mon activité traiteur est aussi l’une des raisons qui m’a poussé à vendre du vin, de cette façon je peux proposer des repas et boissons à mes clients, qui en sont ravis.

Que vous apporte le Club Sélection Bouchère ?

Le Club peut m’aider à mettre en avant le métier d’artisan Boucher. C’est un plus qualitatif pour ma boucherie !

boucherdumois-article2-chezmonboucher

Philippe DACHY

Philippe DACHY

Localisation :
Merville-Franceville-Plage (34, avenue de Paris)
Date d’installation :
21 juillet 2006
Equipe :
Trois bouchers, deux charcutiers et un cuisinier
Spécialités :
viandes fermières labellisées :

  • Terrines créatives
  • Andouillettes maison
  • Boudin blanc
  • Tripes

Artisan boucher depuis 38 ans, Philippe Dachy exerce son métier entre tradition et modernité. Une passion partagée par son épouse, à la tête d’un restaurant de spécialités bouchères !

Quel est votre parcours ?

Je suis passionné de boucherie depuis l’enfance, lorsque mon père, vendeur de produits de salaison, m’emmenait livrer ses produits auprès des artisans bouchers. Avant de nous installer à Franceville, j’ai eu plusieurs boucheries pendant 23 ans, puis avec ma femme nous avons créé un bar tabac-brasserie dans le Sud : au bout de 3 mois, la boucherie me manquait déjà et j’y suis revenu aussi vite que possible ! Pour moi, un boucher-charcutier doit respecter les traditions. Un travail de qualité est la meilleure carte de visite pour notre profession.

J’essaie d’y contribuer en transmettant ces valeurs à mes apprentis.

Comment avez-vous développé votre boucherie à Franceville ?

Quand j’ai repris cette ancienne boucherie, il y a 9 ans, j’ai choisi d’élargir la clientèle.

Tout en respectant la tradition du métier, j’ai modernisé les recettes et les produits proposés, pour attirer toutes les générations. Avec mon cuisinier, j’ai créé un rayon traiteur et un service de livraison de repas. Tous nos produits sont faits maison, comme les andouillettes ou encore les terrines créatives, pour lesquelles j’ai d’ailleurs gagné un 1er prix national ! Bien sûr, je soigne la présentation de la boucherie : je l’ai rénovée dès mon installation et elle vient d’être à nouveau modernisée. Pour me faire connaître, je participe aussi à des événements locaux avec d’autres artisans et producteurs, comme les dégustations organisées par le Syndicat  d’initiative.

Que vous apporte le restaurant créé par votre femme ?

En fait, nos deux activités se complètent parfaitement ! Il y a deux ans, Lise a fondé son restaurant, le « Garçon Boucher », juste à côté de mon enseigne. Elle cuisine des spécialités provenant de la boucherie et propose une carte à base de produits frais. Ce restaurant est assez atypique au pays des poissonniers ! Et puis, les clients du restaurant viennent à la boucherie après avoir goûté mes spécialités, et vice versa. Pour moi, c’est un vrai plaisir de voir mes produits ainsi mis en valeur.

Que vous apporte le Club sélection bouchère ?

C’est tout nouveau, j’ai mis en place l’opération sac à la réouverture de la boucherie, c’est un bon moyen de communication pour la profession. Les outils proposés nous aident à mieux travailler, j’attends les prochaines opérations pour animer encore plus ma boutique.

boucherdumois-article1-chezmonboucher

Jean-Noël Bretaudeau

Jean-Noël BRETAUDEAU

Localisation :
Taverny (4, avenue de la gare)
Date d’installation :
1er juin 2007
Equipe :
2 salariés et 1 apprenti
Spécialités :
viandes fermières labellisées :

  • boeuf fermier du Maine,
  • porc fermier Le Cénomans,
  • veau fermier Blason prestige,
  • agneau du Limousin le Baronnet en IGP

Sa devise :
« La promesse de moments délicieux »

Artisan boucher dynamique depuis 34 ans, Jean-Noël Bretaudeau nous décrit son parcours, sa passion et ses actions pour faire de sa boucherie un lieu convivial.

Comment avez-vous développé votre activité ?

Lors de mon installation, ma première démarche a été de me positionner sur une viande de bonne qualité, couplée à d’importantes opérations promotionnelles. Mais j’ai vite compris qu’il en faudrait plus pour me différencier de la concurrence déjà installée (et à venir !). J’ai donc décidé de privilégier les Labels : ils garantissent une qualité gustative supérieure, constante et reconnue par les clients qui me sont fidèles. En perpétuelle quête de qualité, j’ai participé à de nombreux concours… que j’ai eu l’honneur de remporter ! Parmi eux, la médaille d’Or de la terrine de Lapin en 2007, le meilleur plat de tripes au Championnat de France 2009 ou encore le Grand Prix National des artisans bouchers en 2012. Malgré tout, les récompenses et les viandes labellisées ne suffi sent pas pour fidéliser toute ma clientèle.

Quelle est votre recette pour fidéliser vos clients ?

Pour faire vivre ma boucherie et entretenir mes liens avec la clientèle, j’organise régulièrement des animations. J’en propose environ quatre par an, dont certaines avec des éleveurs. Par exemple, une estimation du poids de la côte de boeuf ou encore l’Apéritif du boucher le samedi soir, au cours duquel nous dégustons du saucisson et du vin. J’essaie d’associer la convivialité et la qualité, avec des moments de partage autour des produits du terroir. Ces événements permettent aux habitants de découvrir le boucher du quartier, mais aussi de faire connaissance entre eux. C’est une belle relation de proximité, que je construis depuis huit ans.

Pourquoi avez-vous rejoint le Club Sélection Bouchère ?

Ce programme m’intéresse car il offre beaucoup d’avantages pour ma boutique et me permet d’organiser de nouvelles animations. C’est un vrai « plus » pour me démarquer auprès de mes clients avec des petits cadeaux ou les cartes de fidélité que je vais mettre en place.